Ueno

Ce matin encore une fois nous décidons de sacrifier nos pieds pour votre bonheur... n'hésitez pas à nous en être trés trés trés reconnaissant :)

On décide de partir vers Ueno et son parc. La météo annonce un soleil de plomb alors nous sortons l'arme secrête que l'on s'est procuré deux jours avant: La SunKiller!! Protection solaire extrême!

 

A gauche de la SunKiller c'est un petit spray qui raffraichi et dégage un parfum assez sympa. On prend le métro direction Shimbashi puis la ligne Yamanote direction Ueno. J'en profite pour faire un point sur les métro. Ici il y a plusieurs entreprises qui gèrent les lignes de métro. La Yamanote par exemple est une ligne JR (équivalent de la SNCF en France, mais en mieux!). La ligne Yurikamome que l'on prend pour se rendre de l'hotel à Shimbashi est une ligne "privée" gérée par une autre compagnie de transport que JR... ce qui veut dire que les billets de métro ne sont pas utilisables sur plusieurs lignes de compagnies différentes. On s'y fait relativement vite. Les métros sont propres, je sais je le répète mais je vous assure que rentrer dans un métro sans mauvaises odeurs, avec un sol brillant, sans tags, sans banquettes défoncées... ça fait tellement de bien... Les gens sont trés bien organisés et attendent l'ouverture des portes dans des emplacements réservés à cet effet (sortes de marquage au sol comme pour les parking). Ils font trés attention à ne pas prendre plus de place qu'ils n'en n'ont besoin sur la banquette. Bref les transports en commun c'est du bonheur. Chaque ligne de métro est identifiée par son nom bien sûr (en Jap et en Anglais ce qui simplifie déjà les trajets), mais aussi par une lettre et une couleur. La couleur semble se retrouver également sur les rames de métro.
Dans les stations on trouve, outre les multiples distributeurs de boisson, des casiers que l'on peut utiliser pour une somme modique (100 yens je crois) et qui permettent quand on est chargé de mettre ses affaire en sécurité le temps de faire des courses.

Les japonais roulent à gauche (avec le volant à droite), et ce n'est pas tout car sur les trottoirs, dans les escaliers, etc... ils continuent de marcher à gauche! Ce n'est pas évident pour nous qui n'avons pas l'habitude et trés souvent on se retrouve à géner le flux des passants. On peut trouver ça extrème mais ça a l'avantage de fluidifier le trafic de manière non négligeable!


Station Daiba (devant l'hotel)


Le métro Yurikamome est automatique, avec vu sur l'avant de la ligne.


A gauche: les casiers. (station Ueno)

On trouve sans problème l'entrée du parc, blindé de monde!!!! Un afflux quasi continue de groupes d'écoliers de mamans avec poussettes, etc etc s'engouffre dans le parc. Nous qui n'aimons pas spécialement la foulle, on se se dit que là on a pas le choix! Les groupes décoliers sont assez marrants à regarder! Ils sont tous habillés pareil (une tenue pour les filles et une tenue pour les garcons), mais ont également le même sac à dos, le même chapeau... et devant le groupe l'un d'eux tient un drapeau, probablement de son école, et dirige le groupe. Vraiment impressionnant à voire :)

Le parc est assez grand, avec pas mal de petits temples.

 

 

 

Durant une série de photos une voix m'interpelle derrière moi, c'est un sdf qui me demande dans un anglais assez particulier d'où je viens. On discute un peu il est sympa il m'explique que ce que je photographie est un mémoriale dédié à des guerriers samourais morts durant une grande bataille à l'image des grandes guerres de notre Napoléon. Il finit chaque phrase par un "You know?"... je lui demande si je peux le prendre en photo mais il refuse. Il finit son expliquation, me dit qu'il aimen beaucoup la France et les français comme beaucoup de monde ici et puis s'en va en me souhaitant une bonne journée.

Ueno est un beau parc mais c'est également un grand lieu de regroupement des SDF. Ils essaient de se faire discret et se cachent dans les fourrés. Ils ont apparement tous un chariot couvert d'une bache, et tous regroupent leurs chariots dans l'ordre autour d'un arbre ou d'une pierre. Ils ne mandient pas et ne sont pas désagréables, au contraire.    

Il est bientôt midi on décide de se faire une pause et manger un morceau. Nous avons donc testé deux nouveaux plats pour vos beaux yeux (sacrifice difficile...). On trouve un petit bar/restaurant en plein air, on regarde et on comprend qu'ici il n'y a pas de carte, pas de menu affiché... juste un distributeur! Le principe est simple: on met l'argent correspondant au plat que l'on veut (on a juste le nom du plat en Jap et en Anglais) on valide, et on obtient un ticket qu'on remet au comptoir en échange d'un numéro. Quand le plat est prêt le type du compteur gueule votre numéro et vous allez chercher votre repas. Du bol que je connaisse les nombres japonais parce qu'on avait le 31... et qu'il le gueule pas en anglais! 


Super bon!!!!


Riz au curry (un peu trop épicé...)

Après ce bon repas on se dirige vers le sud du parc où se trouve un vaste étang couvert de nénufars et de végétation... trés appréciable avec le soleil de plomb. On y trouve aussi quelques temples.

On remonte ensuite vers le nord du parc en direction du musé national de Tokyo. Une fois de plus on va se heurter à la gentillesse extrème des Japonais, tellement aimables qu'on passe pour des rustres! On arrivait devant l'entrée et comme on ne comprenait pas comment (automate) ni combien payer (plusieurs tarifs possibles) on est abordé par un garde du parc qui nous explique en anglais les différents tarifs. Et voilà qu'une femme un peu agée nous aborde, nous parles en japonais en nous tendant ce que l'on prend pour un prospectus, avant de s'en aller. Je demande au gardien ce que c'est et là il me répond que j'ai de la chance puisque cette femme vient carément de me remettre une entrée du musée! Et le tarif complet en plus!!! Trop tard pour la remercier de son geste elle a disparu dans la foule.

A l'entrée du musée on remarque une sorte de... chose inconnue! en fait il s'agit d'un dépose parapluies! Vous placez votre parapluie, fermez à clefs et partez avec celle ci, la certitude que personne ne vous le prendra. Solution géniale qui permet de ne pas se trimballer un parapluie mouillé ou encombrant dans un musée. Ils en ont des idées!

Le musée est axé su l'histoire du Japon et n'est pas particulièrement grand. Dès l'entrée une employée du musée nous propose et nous tend un prospectus avec plan des galleries. Ici on ne prend pas le prospectus dans la pile, on nous le donne! Elle remarque que Karen a un handicape et elle nous oriente vers l'ascenseur... y a pas à dire ici le client est roi! 
Peu d'objets et photos interdites. Quelques sabres armures de samourai mais dans l'ensemble pas trés intéresant. Chaque salle du musée est "gardée" par une employée, immobile dans l'ombre, prête à tout moment à répondre aux questions et à orienter les visiteurs. (Ils sont parfois effrayants ces Japs!!)

On sort du musée, il fait chaud... pas de panique! il est temps de tester une nouvelle boisson et au passage de vous parler de l'eau! L'eau est un élément essentiel à la vie et de plus en plus précieux. C'est pourquoi il ne faut pas la gaspiller. Si en France on encourage les gens à ne pas gaspiller leur eau, au japon ils ont été plus loin encore: ils recyclent ou plutôt réutilisent l'eau des aquariums! Quel gaspillage de jeter l'eau de bubule!! Si lui a pu vivre dedans vous devriez pouvoir la boire! Ils ont donc créé la boisson Aquarius! La véritable eau de bubule! naturellement trouble!

 
Et Bubule a bon goût!

Et pour accompagner ce délicieux breuvage, rien de tel qu'un bon Toppo! sorte de mikado mais fourré de chocolat.  

Après cette remise en forme on se remet en route vers le cimetière des shoguns (désolé pas de photos), et direction Asakusa par la ligne Ginza afin de rentrer en bateau bus le long du fleuve jusqu'à l'hotel. Sauf que là on eu un problème! on s'est retrouvé devant le distributeur de tickets sans comprendre comment ça fonctionne!

 

On sait bien que le tarif se base sur le nombre de stations à parcourir, mais là pas moyen de trouver comment lui donner le nombre de stations! Heureusement après quelques minutes de panique totale, une personne nous a explique! Tout simple en fait, il suffisait de prendre un peu de recule pour voir le distributeur dans son ensemble! Je m'explique : ci dessus le distributeur, et ci dessous le distributeur dans son contexte.

Le panneau au dessus du distributeur est en fait la grille de tarifs:

Asakusa... 160 Yen! Finalement c'est super simple.

La ligne Ginza est indiquée par un G de couleur orange, comme la ligne sur la rame de métro.

Directon Asakusa!!!! Sur place on rencontre une famille américaine en galère (ils ont plein de valises et ne trouvent pas leur hotel). On ne tarde pas à trouver le bureau s'occupant des achats de billets pour le bateau bus. Comme toujours ici on est pris en charge par une personne qui nous demande notre destination, nous annonce le prix, leur de départ, nous conduit au guichet, appel son collègue en lui expliquant ce qu'on veut et y a plus qu'à payer! A ce niveau de service je pense qu'il aurait pu payer pour nous!

On ne peut pas vraiment savoir quel bateau on va avoir et là je dois dire qu'on a eu du bol! (encore). On a pu monter dans le vaisseau flottant, celui même déssiné par le créateur d'Albator! Je vous laisse découvrir l'intèrieur...

Après un trajet a pris 50 minutes environ, avec un beau couché de soleil... on débarque sur Odaiba et on se fait un petit burger dans un restaurant assez sympa. La déco surtout!

Le burger était pas mal non plus. Au fait, ici les burgers sont servis dans des sachets en papier qui permet de les manger sans s'en mettre plein les mains. Et si vous arrivez quand même à vous les salir, vous avez des serviettes humides emballées dans de petits sacs plastiques pour vous les nettoyer.

J'avais oublié de vous parler d'une autre boisson trés bonne! la Vitamin Water! Une gorgée et ça repart!

Voilà! la journée se termine, j'aimerai vous enregistrer l'émission de télé qui passe en ce moment, une sorte de jeu où les participants doivent manger des trucs apparement pas trés trés bons... un grand délire! Un plat est posé à table et les chaises des participants tournent autour à la manière d'un tourniquet jusqu'à s'immobiliser sur le plat à manger... une sorte de roue de l'infortune...

 

 

 

Page 13 sur 34